J’ai envie de parler d’une qualité à laquelle nous faisons brusquement appel lors de drames qui nous touchent (parfois de manière exagérée), mais que nous oublions ensuite bien trop rapidement. Or nous ne devrions pas laisser ce beau sentiment s’échapper car nous en avons besoin plus que jamais pour vivre heureux ensemble ! Cette qualité qui peut nous rendre plus heureux et embellir la vie de tous c’est … l’ empathie.

Empathie, Sympathie … quelles sont les différences ?

 

L’empathie est la compréhension des émotions et sentiments d’un individu, voire de manière plus générale la compréhension de ses états non-émotionnels comme ses croyances (dans ce cas on parle d’empathie cognitive). Pour faire simple, l’empathie c’est la capacité de se mettre à la place de l’autre et de se représenter ce qu’il pense ou ressent. Cela ne veut pas dire qu’on ressent la même chose, ou qu’on est d’accord, mais on comprend ce qu’il ressent. Par exemple, si votre ami se tape un orteil dans un pied de meuble, vous allez « avoir mal pour lui ». En réalité vous n’avez pas du tout mal, mais vous comprenez très bien la douleur qu’il est en train de supporter.

La sympathie est différente de l’empathie en cela qu’elle apporte une dimension affective. C’est-à-dire que non seulement vous comprenez son émotion, mais en plus vous la partagez, vous êtes d’accord. Ainsi une personne qui partage les mêmes sentiments que nous nous parait plus proche et nous avons plus d’affection pour elle. Il est donc possible d’être sympathique mais pas forcément empathique.  La sympathie est sélective alors que l’empathie peut être universelle.

Comment l’empathie pourrait-elle nous rendre plus heureux ?

 

Le philosophe Roman Krznaric a écrit un livre juste sur CE sujet. Pour lui, le monde moderne, la consommation, la réussite personnelle au centre du bonheur, le nombrilisme de certaines approches psycho-thérapeutiques,  l’information à outrance, les réseaux sociaux, etc., nous ont petit à petit coupés de l’empathie. Ainsi des études scientifiques montrent que notre niveau d’empathie diminué de 50 % ces 10 dernières années.

Notre niveau d'empathie a diminué de 50 % ces dernières années. Cliquez pour tweeter

Pourtant selon Roman Krznaric, l’empathie est une des clés du bonheur. En effet, l’empathie renforce les liens entre les gens et améliore le vivre ensemble. Et si vous regardez les enquêtes à propos du bonheur ce sont souvent les relations sociales de qualité qui rendent heureux, ou à l’inverse malheureux. Selon le philosophe « si, par exemple, vous éprouvez plus d’empathie à l’égard de votre conjoint, il y aura moins de conflits entre vous et vous aurez de plus grandes chances de rester ensemble. En se mettant dans la peau de l’autre, on prend conscience de ses sentiments et de ses besoins. On les prend davantage en compte, ce qui réduit les incompréhensions et renforce les liens. Or ce sont les liens entre les gens qui apportent le bonheur. »

L'empathie est une des clés du bonheur selon le philosophe Roman Krznaric Cliquez pour tweeter

Autre spécialiste, Daniel Favre, professeur de sciences de l’éducation à l’IUFM de Montpellier, a constaté à travers une série d’études que l’empathie était corrélée très significativement avec la coopération et les compétences sociales, et inversement corrélée avec la dépression, les troubles de l’attention et la délinquance.

 

L'empathie pour nous rendre plus heureux

Comment me l’appliquer ?

 

Il existe des techniques pour améliorer ses capacités d’empathie et même des cours d’empathie ! En effet, au Canada les écoliers peuvent désormais prendre des cours d’empathie sensés améliorer les résultats scolaires et diminuer le harcèlement entre élèves.

Je ne compte pas vous suggérer d’aller jusque-là. A mon avis l’empathie commence par ses proches, par son premier cercle social. Si vous avez des difficultés relationnelles, ou simplement si vous souhaitez renforcer les liens avec quelqu’un de votre entourage, essayez de mettre votre système de valeur, vos opinions et émotions de côté, et écoutez attentivement la personne. Sans la juger, mais en essayant de comprendre ce qu’elle ressent et pourquoi elle le ressent. Cela vous apaisera certainement de part et d’autre.

Essayez ensuite d’étendre cette écoute et compréhension à d’autres personnes plus lointaines, que vous ne connaissez pas forcément, ou qui vous paraissent très différentes. Vous pouvez pour cela lire un livre ou regarder un film qui vous permettra de vous mettre dans la peau de quelqu’un d’autre vivant une réalité totalement différente.

Sinon, vous pouvez aussi faire ce que recommande Roman Krznaric : adressez la parole au moins une fois par semaine à un inconnu ! Selon lui cela développe l’empathie car au fur et à mesure on se rend compte que pour chaque personne différente nous pouvons trouver des points communs. Personnellement, je trouve qu’il faut être beaucoup moins timide que moi pour oser aborder chaque semaine une personne inconnue !

Enfin, selon moi la palme de l’initiative pour l’empathie va à « Hello Peace » un standard téléphonique qui met en relation de façon aléatoire des Israéliens et des Palestiniens pour qu’ils s’ouvrent aux sentiments l’un de l’autre. Vous pouvez lire ici (en anglais) leurs conseils  pour que la conversation téléphonique se déroule au mieux. Vraiment très instructif…

Découvrez également mes conseils pour méditer, une autre voie vers le bonheur: